Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
17 mai 2011 2 17 /05 /mai /2011 22:14

16

Que sont les rites de passage ?

 

« les rites de passages sont une catégorie de rituels qui marquent les cycles de vie d’une personne, son passage d’une étape à une autre dans le temps, d’un rôle ou d’une position sociale à une autre, tout en intégrant les expériences humaines et culturelles à la destinée biologique: la naissance, la reproduction et la mort. Ces cérémonies établissent les différences essentielles, observées dans tous les groupes, entre jeunes et vieux, hommes et femmes, vivants et morts. »

Mircea Eliade

 

« Le rite consacre un départ et une entrée » et encore dans les rites de passage « le changement s’opère très souvent par la mort figurée de l’aspirant suivie de sa renaissance à une vie supérieure.(...)Lors d’une cérémonie rituelle, les novices peuvent également mettre à l’épreuve leur créativité, la source de leur force intérieure ou leur potentiel spirituel à travers de puissants facteurs de mutation. Ces éléments comprennent des pratiques telles que la danse en état de transe, la méditation, le martèlement en rythme, le jeûne, l’isolement physique ou sensoriel, une confrontation réaliste avec la mort, l’ingestion de plantes hallucinogènes et autres techniques pour altérer la conscience. Toutes ces approches conduisent à des états modifiés qui servent à pousser les novices au- delà de leurs limites mortelles, souvent par une confrontation symbolique avec la mort et la renaissance, pour vivre une expérience du domaine mystique ou spirituel qui fournira aide, inspiration et un sens élargi de soi ».

Georges Lapassade

 

A quoi servent-ils ?

Les rites de passage aident l’individu dans ces étapes qui sont en fait des crises d’évolution nécessaires et bénéfiques qui nous touchent tous à des moments clés de notre vie. Cependant les trois grands ensembles de rites les plus importants sont ceux de la naissance, de la puberté (appelés plutôt rites d’initiation) et des funérailles.

 

Pour Joseph Campbell, le célèbre mythologue, la psyché de chaque être humain comprend une panoplie très riche de symboles mythologiques, d’impulsions archétypales et d’images initiatiques qui doivent être exprimés et affirmés dans un contexte ritualiste. Dans le cas contraire, ces énergies essentielles demeurent enfermées en nous ou s’expriment de façon incohérente. Il écrit : « il y a quelque chose de si essentiel à la psyché dans ces images initiatiques que si elles ne sont pas alimentées par l’extérieur, par l’intermédiaire du mythe et du rituel, elles referont surface de l’intérieur. » Et il poursuit : « la fonction première de la mythologie et du rite est de fournir des symboles qui fassent avancer l’esprit humain.(...) En fait, il est fort possible que le taux très élevé de névrosés parmi nous soit lié au déclin, dans notre société, de ces soutiens spirituels si efficaces. ». L’individu pouvait - au travers des rituels de passage - rencontrer son « ombre » (anima ou animus) au sens jungien du terme et intégrer ces éléments si difficiles de sa personnalité.

 

Les rites de passage indiquent à l’individu que ce qu’il vit a un sens. Ils le relient aux mystères de la vie et de la mort et lui rappellent sans cesse la dimension du sacré qui fait partie de la vie.

Comme le dit Frances Vaughan, « nous ne sommes pas des êtres humains sur un chemin spirituel, mais des êtres spirituels sur un chemin humain ».

Les rituels existent pour amener à des états supérieurs de conscience, ces états provoqués ou spontanés qui mettent l’ego, le mental en sommeil et ouvrent l’individu au contact avec d’autres niveaux de son être qu’on peut qualifier de transcendantaux. C’est à partir de telles expériences que l’on peut « expérimenter » sa vie d’un point de vue tout à fait nouveau et totalement élargi. Ces expériences ont souvent pour effet d’amener des changements profonds dans le système de représentation du monde, dans le système de valeurs de celui qui les vit. Elles donnent ainsi à l’être humain des clés pour comprendre le sens de sa vie dans sa dimension la plus vaste et de découvrir son propre chemin de réalisation dans une ouverture au sacré. Si l’homme naît prématuré, devient-il mature quand il est adulte ou cette notion d’accomplissement doit-elle être comprise dans le sens évoqué par Maslow, à savoir la réalisation d’un état supérieur, ou encore s’agit-il de réaliser le Soi de Jung et non le moi limité de l’ego.

 

Quels sont les effets de la perte des rites de passage dans nos sociétés ?

La pratique des rites de passage vient du chamanisme des sociétés anciennes, et c'est l’Eglise qui a pris sa place dans tous les grands événements de la vie (naissance/baptême, initiation/ profession de foi, mariage/engagement devant Dieu indissoluble, mort/extrême-onction et funérailles) avec tout un ensemble de rituels (souvent basés sur des rituels plus anciens). Est arrivé ensuite le siècle des lumières, l’avènement d’une nouvelle religion appelée science, la révolution industrielle du XIXème siècle, le déferlement technologique du XXème siècle, l’ultra libéralisme et un nouveau culte, celui de « l’avoir ». Résultat, le sacré omniprésent dans les sociétés dites archaïques, a du mal a exister aujourd'hui. Toutes les grandes fêtes religieuses comme Noël par exemple, ne célèbrent plus qu’une orgie de consommation pour la plupart de nos contemporains.

Comme le dit Christiane Singer : « Dans un monde déritualisé, où les quelques fêtes encore existantes n’apportent à chacun que des objets achetés, baptisés avec grandiloquence « cadeaux » et non pas des révélations transmises, l’enfant trouve parfois dans la bande, le substitut bancal de la tribu qu’appellent ses rêves. L’absence de rites, il la ressent plus cruellement que la cruauté même des rites, car cette cruauté, malgré les apparences, n’est pas gratuite : elle répond à la nécessité première d’affronter la peur au lieu de la refouler, de traverser les périls au lieu de contracter une assurance tous risques. Il y décèle d’emblée, le prix de sa liberté, de la découverte et de la maîtrise des facultés propres à son espèce ».

Margaret Mead était persuadée que le fait que la société moderne ait abandonné les rites de passage contribue à la montée de diverses formes de pathologie sociale. A partir de ses études inter-culturelles, elle a conclu que la structure même de notre personnalité renferme des émotions et des impulsions intenses, qui, si elles ne sont pas canalisées, ritualisées par des processus constructifs que sont les rites de passage, sont projetées dans notre vie quotidienne, avec tous les désordres et les dégâts que nous pouvons constater.

Christina Grof pense que l’absence de rite de passage et d’ouverture à une dimension spirituelle dans la société d’aujourd’hui et en particulier pour les jeunes est un des facteurs-clé de l’augmentation des conduites addictives, et tout spécialement de la consommation de substances telles que l’alcool et la drogue.

Les dégâts que nous subissons sont incomparables. Crises d’identité, pertes des repères des jeunes, exclusion des vieux. On ne sait plus vers quoi on va, ni comment y aller. Mais le besoin des rites et des rituels est plus fort, comme il est si facile de l’observer chez les jeunes, à travers le phénomène des bandes.... en particulier dans les banlieues sans âme où le sacré et les repères ont laissé une place vacante que la délinquance, la drogue et la violence sont venues occuper. Les jeunes ne savent plus comment devenir adultes, ni même ce que c’est. Alors, ils réinventent leurs propres rites, plus destructeurs qu'instructeurs.

 

Comment vivons-nous nos passages aujourd’hui ?

Christiane Singer dit que pour compenser la perte des rites de passage, nous n’avons rien trouvé d’autre que les crises existentielles ou les maladies graves et que c’est ce qui peut nous arriver de mieux.

L’individu risque de vivre de grandes crises, liées soit à des échecs (couple, profession par exemple), soit à des maladies qui stoppent le mode de vie et la progression de celui qui en est affecté, soit à des deuils de toutes sortes pour lesquels la personne n’est ni préparée, ni accompagnée.

 

D'après l'étude de Bernadette Blin sur les rituels de passage.

Partager cet article

Repost 0
lesenchanteresses - dans Les rituels
commenter cet article

commentaires

voyance par mail rapide 27/02/2017 15:40

Merci pour ces conseils. C’est fou ce qu’il y a comme options et développement gratuits ! On se demande comment il peut demeurer sur la Toile une foule de sites bancals et mal ficelés.

consultation voyance gratuite 22/11/2016 18:19

Superbe article qui m’a donné de vrais pistes pour mes articles à moi. Je testerai dès le prochain article. Pour dire j’ai même mis la page dans mes favoris.

voyance par mail gratuit 04/11/2016 16:47

Merci de partager cette information utile! Espérons que vous allez continuer avec le genre de choses que vous faites.

voyance mail gratuite 30/08/2016 13:11

Tres bon article, ca fait plaisir de lire ce genre de site! bonne continuation.

voyance gratuite par mail 02/05/2016 14:05

Merci pour ces conseils forts intéressants, cela fait vraiment plaisir de tomber sur des articles aussi intéressants que les votre ! Je vous souhaite santé, longévité, succès, bonheur et la paix du cœur.